Parmi les ouvrages cités dans la rubrique Bibliographie, nous indiquons le prix de ceux qui sont disponibles à l'achat en librairie.

Les autres sont consultables en bibliothèques municipales ou universitaires, aux Archives Départementales du Gers, à la Société Archéologique du Gers, au Museum d'Histoire Naturelle à Paris etc

Gallica, la Bibliothèque numérique de la BN,F permet de feuilleter et d'imprimer ses documents.

 Enfin,  les réseauX de vente en ligne de bouquinistes permetent de dénicher des documents et périodiques anciens, rares et remarquables.

Nous choisissons aujourd'hui de rendre hommage à Raymond Decary (1891-1973)

Madagascar. Passion d'un naturaliste. L'étonnant parcours d'un humaniste intrépide.

Extraits (30 juin 1920-24 août 1939) du Journal de Raymond Decary présentés par sa fille, Yvonne Decary.

Ed. Alzieu, 2012

25 €

 

Dans cet ouvrage, lire les pages consacrées à Jean Laborde : A Mantasoa la belle aventure de Jean Laborde

pp158-160

 

 

 A partir de 1921, Raymond Decary, à la fois administrateur des colonies et naturaliste passionné, sillonne Madagascar pendant plus de vingt ans, s'enfonçant parfois dans des lieux qu'aucun Blanc n'a encore jamais atteint.

Chaque soir, il rédige son « journal ». La partie présentée ici sous forme d'extraits, relate son étonnante vie de « broussard » : jeune, courageux, tenace et ardent, rien ne le rebute, ni l'effort, ni l'inconfort, ni les innombrables aléas. A lui les incidents imprévus et parfois cocasses, les situations inédites et parfois dangereuses, les explorations en milieu extrême, les découvertes exaltantes de plantes ou d'animaux inconnus que recèle la mystérieuse Grande Ile, et qui, envoyés en France, sont déterminés par le Muséum National d'Histoire Naturelle.

Au cours de ses tournées administratives, il s'attache à l'un des objectifs les plus nobles de sa profession : faire progresser avec discernement la condition physique et sociale des Malgaches. Rigoureux mais humain, tolérant mais conscient de ses responsabilités, il montre à quel point il est proche d'un peuple dont il connait et respecte les croyances, les coutumes et la langue. L'empathie qu'il éprouve à l'égard de ses difficultés s'accompagne de la conviction qu'il existe, en dépit des obstacles, une solution positive adaptable à chaque cas : une fois trouvée, il l'applique, car c'est un pragmatique.

Ceux qui aiment les récits d'aventures vécues et pratiquent le culte de la nature seront comblés. Ceux qui pensent que la droiture et le sens du service furent totalement absents du contexte colonial français constateront que ces qualités ont pourtant réellement existé.

 

Tant durant son séjour malgache, de 1916 à 1944, que longtemps après son départ de Madagascar, Raymond Decary, manifesta son attachement à la Grande Ile en multipliant la publication de ses nombreux travaux scientifiques  sur la géologie, la botanique, la zoologie et l’ethnographie. Elu membre titulaire de l’Académie Malgache en 1927, il a écrit une cinquantaine d’ouvrages. Ses manuscrits sont consultables à Paris, au Museum d'Histoire Naturelle. 

 

 

 Jean Laborde : 12 proverbes malgaches

extraits du Journal de Raymond Decary

(14 novembre 1927)

Fonds Decary, 22 volumes. N°3177 à 3198

Paris. Muséum National d'Histoire Naturelle. 

 

 

 Affaire de Mantasoa! Ceux qui s’excusent d’y aller en sont pour 80 centimes, ceux qui n'y vont pas en sont pour 2 F 50 d'amende, ceux qui restent à la tâche y usent jusqu'au dernier lamba et au dernier salaka.

Raharahan'i Mantasoa ! ny miera maty venty, ny mangala dia maty loso; ny mitoetra lany lamba aman-tsalaka.

 

Veux-tu savoir si la corvée de Mantasoa est pénible? Frappe un chien et demande-le lui; il te répondra en criant "oh!oui"

Kapohina ny alika, ka anontaniana hoe : mafy sa mora ny fanompoana any Mantasoa? Mafy, hoy ny fikonainany.

 

Corvée de Mantasoa! On n'a ni le temps de manger ce qui est cuit ni celui de faire ce qui est cru.

Fanompoan'i Mantasoa!ny masaka tsy misy hihinanana, ny manta tsy misy handrahoana.

 

Affaire de Mantasoa! Ceux qui sont malades font ce qu'ils peuvent; ceux qui sont bien portants travaillent jusqu'à la nuit.

Raharahan'i Mantasoa :ny marary manao izay hoefany, ny finaritra mamono masoandro.

 

Affaire de Mantasoa! Ceux qui ont mal aux mains gardent les troupeaux; ceux qui ont mal aux pieds font la cuisine.

Raharahan'i Mantasoa ! Ny marary tanana miandry biby, ny marary tongotra mahandro hanina.

 

Toujours de l'ordre comme dans l'affaire de Mantasoa: les boeufs labourent les champs, les poules sarclent.

Mandeha am-pila minanana hoatry ny raharahan'i Mantasoa:ny omby miasa ary ny akoho miava-voly.

 

A Mantasoa les bêtes travaillent; comment les gens ne travailleraient-ils pas?

Ny biby aza manompo any Mantasoa koa manika ny teran'olombelona.

 

Corvée de Mantasoa: celui qui donne peu d'argent travaille beaucoup.

Fanampoan'i Mantasoa : Koa izay kely vola no miasa mafy.

 

Affaire de Mantasoa! Le même travail se répète sans cesse.

Raharahan'i Mantasoa ! Ny eo ihany no avadibadika.

 

Affaire de Mantasoa! On ne parle jamais du travail fini mais toujours de celui qui reste à faire.

Raharahan'i Mantasoa ny tsy vita ihany no isaina. 

 

Celui qui va à contre coeur semble se rendre à la corvée de Mantasoa.

Mandeha tsy fidiny hoatry ny ho any Mantasoa.

 

On menace ainsi le petit enfant : « Si tu ne veux pas être sage, on va t'envoyer à Mantasoa».

« Raha zaza tsy mety ho hendry, alefaso any Mantasoa ».